La profession de sophrologue

Le sophrologue diplômé du Centre de sophrologie Éliane Duval a reçu une formation actualisée selon les concepts et principes fondamentaux de la méthode. Il a acquis au cours de sa formation les cadres méthodologiques, théoriques, techniques et pratiques, par lesquels il se définit comme un professionnel compétent à part entière.

Il utilise et adapte la pratique en vue des applications qu’il développe dans son exercice.

Au cours des entraînements qu’il dirige, il propose à ses clients des techniques visant à mobiliser de façon positive leurs capacités et ressources potentielles, et contribue à renforcer les structures saines de la personnalité.

Le sophrologue ne concurrence pas les professionnels de la santé : il ne pose pas de diagnostic, n’influence pas les choix thérapeutiques de ses clients ou patients. Il n’est pas un psychothérapeute (sauf si c’est sa formation initiale) et n’interfère pas dans les traitements en cours donnés par d’autres professionnels de la santé, de l’éducation.

En restant scrupuleusement dans le cadre et les limites de ses compétences, il est un auxiliaire précieux pour les professionnels de la santé.

Quand le sophrologue est un professionnel dans les domaines de la santé (professions médicales et para-médicales, psychothérapeutes), de l’enseignement ou des carrières sociales, il peut intégrer la sophrologie dans son activité et utiliser l’ensemble de ses compétences vis-à-vis de ses clients ou patients.

 Lorsque le sophrologue rencontre une difficulté particulière, il peut en référer à son école de formation qui lui prodigue conseils ou réponses, ou l’oriente vers d’autres professionnels compétents.

Le sophrologue est un pédagogue de la Santé Humaine.
Il est plus souvent formateur que thérapeute.

CADRES ET PRINCIPES

La sophrologie est une méthode à part entière.

Elle s’appuie sur les sciences reconnues :

l’anatomie,

la neurophysiologie,

la psychologie humaniste.

Elle possède ses propres théories.
Elle s’inspire de la philosophie phénoménologique.



Mais c’est avant tout une science de l’expérience, concrète et pragmatique, qui s’intéresse principalement aux résultats qu’elle obtient.

 La sophrologie repose sur trois principes fondamentaux :

Renforcer la relation corps – esprit (schéma corporel) comme une réalité vivante et dynamique.

Développer les capacités positives.

Tenir compte de la réalité objective de la personne et de l’environnement.

Pour cela elle utilise des techniques de relaxation dynamique et des exercices spécifiques appelés sophronisations.



Le praticien peut exercer la sophrologie:

soit comme une profession à part entière ;

soit comme méthode complémentaire à sa formation (infirmier/e, enseignant/e, entraîneur sportif, etc.) ;

soit comme activité parallèle à un métier existant.

Pour exercer son activité, le sophrologue fait le choix entre les différentes structures légales de l’exercice de sa profession (travailleur autonome, association, entreprise, société).

Il établit les déclarations nécessaires auprès des organismes publics.

Il dispense des séances de sophrologie individuelles ou en groupe, en clientèle privée, au sein des entreprises ou des institutions.

Il propose toute adaptation de la sophrologie en vue d’une application spécifique dans le champ de sa compétence.

Reconnaissance professionnelle

La profession de sophrologue n’est pas reconnue dans le cadre de l’office des professions du Québec.

Elle est en voie de reconnaissance officielle en France.

Toutefois, au Québec, quelques associations professionnelles de santé alternative reconnaissent les formations professionnelles en sophrologie remplissant les critères de qualité requis. Les praticiens ayant complété leurs études en sophrologie peuvent donc y souscrire et émettre ainsi des reçus pour le remboursement des frais par certaines compagnies d’assurances.

 

urances.

Quand le Corps
est au Coeur de la Communication

Être informé lors de nouvelles séances d'informations